Investir dans une Rolex : quel modèle choisir

En collaboration avec 41Watch, j’ai sélectionné 5 montres iconiques, toutes différentes dans leur caractéristiques, mais qui possèdent, pour chacune d’entre-elles, des spécificités qui en font des montres rares. Elles sont toutes déjà ce que l’on appelle familièrement des « collectors ». J’ai voulu, dans cette série de 5 articles, resserrer encore le potentiel investissement en privilégiant la rareté.

Posséder une ou plusieurs des références que je vous propose dans sa collection est un must à mon avis. Deux raisons à cela, la première, elles sont de plus en plus rares, en bon état de surcroit, la seconde, elles ont une histoire et une montre qui a une histoire a toujours démontré, à l’instar de la Daytona 6263, un fort potentiel de collection.

Les Rolex Submariner

Rolex Submariner 1680/8

Dans la catégorie Submariner, il existe beaucoup de références considérées comme rares. La 5513 « meter first », la 5514 Comex, la 5517 Militaire, la 1680 Submariner rouge, la Submariner « James Bond », etc. Le dénominateur commun de toutes ces références ? Elles sont en acier. Volontairement, afin de prendre le contrepied, je me suis tourné vers un modèle différent, dont la progression sur le marché de la montre vintage est très intéressant, à savoir la Rolex Submariner 1680/8 (modèle tout en or 18 carats). Ici nous pouvons réellement parler de « tirage limité » en comparaison de la production des modèles acier. Produite sur une dizaine d’années, il est facile de comprendre aujourd’hui, en regardant les résultats des ventes réalisées par les maisons spécialisées, que peu d’entre-elles ont été proposées à la vente, et que le potentiel est considérable. 

Les Rolex Sea-Dweller

Rolex Seadweller 16660

Rolex Seadweller 1665 DRSD

J’ai sélectionné deux montres dans la famille Seadweller qui a mon sens font partie de ce qu’il y a de plus difficile à trouver, sans tomber dans « l’intouchable ». La première référence est une 1665 double rouge Mark IV, la seconde la 16660 dite de « transition ». Deux montres séparées par tout un processus de développement de la maison Rolex . La 16660, quant à elle, baptisée par les collectionneurs « triple 6 » est un modèle de transition de la manufacture. Deux montres sportives, à forte personnalité, et à fort potentiel. Un article pour chacune d’entre-elles sera rédigé sous peu et apportera des précisions importantes sur ces deux références iconiques.

 

Les Rolex GMT-Master

Rolex GMT Master 16750

La référence 16750 reste aujourd’hui ma favorie. Ma première montre mais surtout, un modèle que je porte tout le temps et dont je ne me suis jamais lassé… jamais lassé de son design, jamais lassé de son histoire et jamais lassé de son évolution sur le marché. Depuis son lancement, elle n’a cessé de mériter le qualificatif de best-seller. Ici encore, à l’intérieur de la famille GMT Master, j’ai sélectionné un modèle de transition, la GMT-Master 16750. Lancée en production fin 1979, elle a été produite en deux versions : cadran mat et cadran laqué avec indexes cerclés, la plus rare étant évidemment la version cadran mat, ce dernier modèele ayant été produit jusqu’à environ fin 1984. Si l’on compare ainsi le modèle précédent, la GMT-Master 1675, produite durant 20 années, la référence 16750 cadran mat fait partie des production dites « limitées ». Vous avez compris, c’est ce que je recherche avant tout, et ce que je vous recommande pour réaliser un investissement plaisir.

Les Rolex Cosmograph Daytona

Rolex Cosmograph Daytona 16520

Devenu le modèle iconique de la marque auprès des collectionneurs, la Rolex Daytona fait partie des références ayant bénéficié d’un très grand nombre de développements. Si aujourd’hui les modèles produits avant 1988 peuvent sembler pour beaucoup des pièces inabordables, il est important de considérer qu’il y a dix ans, elles valaient encore jusqu’à 10 fois moins cher sur le marché de la collection… Le constat est assez simple, lorsqu’une référence n’est plus produite, sa cote monte et ne cesse de monter… Lorsque Rolex a lancé la production de la 16520, les 6239, 6262, 6263 et autres modèles précédents ont commencé à grimper.

Lorsque Rolex a lancé la production des 116520, abandonnant les montres équipées du célèbre mouvement Zenith, les cotes des modèles 16520 ont commencé à grimper. Et c’est sur cette référence que j’ai décidé de porter mon attention. Certains de dire « son prix est déjà élevé comparé à deux ou trois ans en arrière ! ». Certes, mais n’oublions pas le nombre important de collectionneurs qui souhaitaient abandonner les acquisitions de Daytona 6239, 6262, 6265, 6240, 6241… il y a cinq ans de cela en disant que les prix devenaient totalement ridicules… Une montre cotée 35.000 euros en 2014 vaut actuellement entre 90.000 et 100.000 euros. La Rolex Daytona 16520 est en bonne voie pour réaliser des records, encore faut il choisir le bon modèle et sélectionner le bon produit.

Je vous donne donc rendez-vous pendant les deux prochains mois pour des fiches techniques et d’investisseur sous un format innovant. J’espère que ces fiches soulèveront des débats et que vous serez nombreux à contribuer vos commentaires.

41 Watch : la garantie d'un service professionnel en toute transparence

Envie d’être informé(e) des dernières offres ?