Investir dans une Rolex Sea-Dweller 16660

Fabrice Guéroux nous présente son analyse d'investissement pour cette Rolex Sea-Dweller 16660

Pourquoi cette référence ?

Cette montre s’inscrit dans les cinq références que j’ai retenues dans la rubrique « Investir dans une Rolex », c’est-à-dire une montre avec un fort potentiel pour un investissement. Et une montre qui a toutes mes faveurs, bien sûr !

La Sea-Dweller " triple six " doit son nom à sa référence : 16660. Elle fut produite de 1983 à 1989. 

Rolex Sea Dweller 16660 full size

A mon avis, ce modèle s’adresse à tout collectionneur souhaitant posséder une pièce horlogère de collection relativement rare et encore abordable, qui, si bien entretenue et encore mieux si entièrement complète, deviendra un collector à l’instar de la 1665, dans un futur proche.

Un modèle au potentiel encore inexploité

Dans le monde de la montre de collection, il existe plusieurs sub-segments, dans lesquels les références se rangent à ce jour : Disons schématiquement que les montres de collection peuvent avoir un potentiel largement exploité, un potentiel révélé, et un potentiel en devenir…De mon point de vue, la référence 16660, c’est-à-dire la Triple 6, est une montre à fort potentiel encore largement inexploité. Deux raisons principales à mon avis : La 16660 s’inscrit dans la lignée de sa grande sœur la 1665, elle bénéficie donc d’un phénomène d’aspiration (un peu comme la Daytona 16520 qui bénéficie de l’aura de la 6263 ou la 6265 par exemple…) pas encore matérialisé, c’est également une montre qui, comme toutes les professionnelles, a été produite en tirage relativement limité, ce qui fait, et fera à terme, sa désirabilité.  

Un modèle de transition

Tout d’abord, il s’agit d’une référence qui mérite pleinement son qualificatif de « modèle de transition ». Après des années de bons et loyaux services pour la Sea-Dweller référence 1665, modèle de plongée par excellence et développée à l’origine pour la société CoMEx, Rolex décide, toujours avec la même société, de porter la capacité de plongée de la montre à 1220 mètres. D’où l’apparition d’une nouvelle référence…

L’évolution du modèle

Comme mentionné ci-dessus, la résistance en profondeur de la montre passe de 2000 pieds (610 mètres), à 4000 pieds (1220 mètres). Certes un être humain ne descendra jamais à ces profondeurs, sauf à l’intérieur d’un bathyscaphe. Et c’est pour cela que cette montre fut développée à l’origine, d’où le rajout d’une valve à hélium destinée à évacuer le gaz emmagasiné dans la montre lors de la plongée. Sans cet artifice, la montre éjecte tout simplement le verre lors de la remontée, sans compter les dommages supplémentaires que cela peut occasionner.

Le verre

La référence 16660 est marquée notamment par la  disparition du plexi. A ces profondeurs, il est souhaitable d’utiliser un matériau beaucoup plus solide. Le verre est donc désormais un verre saphir, plus épais que celui de la Submariner.

La lunette

La 16660 possède une lunette unidirectionnelle avec système de blocage (par cliquets). Ici encore, le côté pratique et la sécurité sont mis en avant.

Le mouvement

La 16660 a vu le remplacement du mouvement 1575 par le nouveau mouvement 3035, plus rapide et plus résistant, avec enfin le changement de date rapide.

Le cadran

Le modèle  que nous avons sélectionné est équipé d’un cadran MK2.

Le MK2 fut à l’époque la réponse de Rolex au problème d’incessants retours aux ateliers du MK1 car le vernis avait une forte tendance à craqueler. Certains collectionneurs, ou plutôt marchands, le baptiseront « spider ». Un avantage ? Je ne pense pas. Le gros problème sur cadran « Spider » est sa fragilité. Lorsqu’il s’agit de le retirer du mouvement à l’occasion d’une révision, il ne fait pas du tout le bonheur de l’horloger car il tombe souvent en morceaux ! A prendre en considération…

Les principales différences notables sur le cadran MK2 sont (i) le rajout d’un tiret entre « Sea » et « Dweller » et (ii) la qualité de peinture utilisée. Et il se trouve que la qualité de la peinture a donné naissance à une particularité, le vernis ne craquelle pas, mais il devient mat.

Les indexes, toujours à base de tritium, peuvent tourner au crème, au orange ou au marron. Le mélange des indexes crème avec le cadran mat donnent un aspect assez saisissant et font de la montre équipée de tels cadrans un collector, d’où un intérêt certain de la part des collectionneurs.

Le point de vue du collectionneur / investisseur

Parmi les raisons d’avoir cette montre dans sa collection :

  • Evolution du prix constante (2500 euros en 2005) et appelée à progresser

  • Faible production sur 6 années

  • Le « full set » est vivement recommandé : boîte, sur-boîte, pochette, tag, plaque, manuel, calendrier et certificat entièrement originaux sont un avantage certain pour une montre encore relativement moderne

  • Intérêt grandissant des collectionneurs pour la Sea-Dweller

Ajoutez à cela une montre dont l’évolution semble de plus en plus coller à celle de la 1665, double rouge et grand blanc, et vous avez une montre à collectionner avec plaisir sans risque.

41 Watch : la garantie d'un service professionnel en toute transparence

Envie d’être informé(e) des dernières offres ?