Patek Philippe Nautilus 5712 - Fiche Technique

Après la revue exhaustive de la Nautilus 5711, fleuron incontesté de la gamme Nautilus, nous vous proposons ici dans un format plus condensé une revue technique et historique de la Patek Philippe Nautilus 5712, « la » montre à complications de la gamme Nautilus (aux côtés de la 5726, qui a été éditée dans un mode plus intimiste, et qui surtout ne bénéficie pas du même boitier / de la même épaisseur).

L’ancêtre de la 5712, la 3712, est une montre unique en son genre, puisque produite une seule année, en 2005. On estime le nombre produit de 5712 à 500 pièces, il s’agit de la première Nautilus à accueillir le calibre 240, avec un micro rotor. La spécificité de cette montre, que l’on retrouve sur la 5712 introduite l’année suivante, est de montrer un indicateur de réserve de marche à 10:30, l’indicateur du jour et les phases de lune à 7 :00, et les petites secondes à 4 :00. Il en résulte une organisation assez atypique, qui fait le charme du modèle, et a attiré certains détracteurs et puristes…On ne peut pas toujours faire l’unanimité, surtout lorsque l’on propose des variantes au modèle iconique, la fameuse « 3 aiguilles ».

La 5712, introduite à Bale en 2006, présente exactement le même display si particulier dans un nouveau boitier, identique à celui de la 5711 notamment, c’est-à-dire un diamètre de 42mm. L’une des caractéristiques de la 5712 est l’exceptionnelle finesse du boitier de 10 mm d’épaisseur, à la différence notamment des modèles 5726 et de l’iconoclaste 5980, dont les prix de vente défraient la chronique aujourd’hui.

Le cadran

Les choix esthétiques de la 5712 reposent a priori sur des impératifs horlogers, aussi extraordinaire que cela puisse paraitre. Le calibre 240 qui équipe la 5712 (et qui équipait déjà auparavant les 5054 et les 5055, des montres Calatrava beaucoup plus « habillées », au diamètre plus condensé de 36 mm) n’est pas équipé de secondes centrales, mais d’une petite seconde entre 4 :00 et 4 :30, et c’est la raison pour ce positionnement sur le cadran.

Illustration de la référence 5054 dont la 5712 reprend les complications

calibre-nautilus-5712

Illustration du calibre 240 présent dans la ref. 5054

De même, l’indicateur de réserve à 10 :30 n’est présent là ou il est que pour des raisons très techniques liées au calibre. Enfin, l’indicateur du jour et des phases de lune vient sans vergogne « masquer » l’index à 7 :00 (en fait il n’y pas d’indexe…) et « rogner » celui à 8 :00. Il en résulte un équilibre totalement atypique et une lisibilité toute relative.

Illustration du cadran de la ref. 5712

On pourra toujours discuter de ce que les équipes techniques de Patek Philippe ont voulu accomplir, il n’était pas indispensable d’utiliser le calibre qui équipe des « petites » Calatrava, et le résultat est somme toute bien différent… Est-ce que Patek Philippe a voulu conserver trois vraies complications dans un boitier contenu ? Bouleverser les codes ? Ou tout simplement les deux ? Vision pragmatique, choix esthétique ? Chez 41 WATCH, le cadran de la 5712 demeure l’un de nos favoris, et cette montre figure parmi nos toutes préférées.

Nous apprécions toujours le déséquilibre mesuré, l’esprit décalé dans un boitier ultra-élégant. La Nautilus était déjà à l’époque l’enfant terrible de l’horlogerie haut de gamme, la 3712 puis la 5712 sont devenus des dignes successeurs des premiers modèles, et c’est ce qui fait leur charme.

Le calibre

Le calibre 240 PS IRM C LU est constitué de pas moins de 265 composants. Son balancier offre 21 600 alternances par heures à 3Hz. Il possède une réserve de marche de 48.

Illustration des caractéristiques techniques du calibre 240

Le calibre possède la particularité d’être frappé du prestigieux poinçon de Genève de 2006 à 2009. Le poinçon de Genève est un organisme tiers indépendant définissant les standards horlogers les plus poussés dans le monde de l’horlogerie. Afin d’avoir une longueur d’avance sur ses concurrents, la famille Stern (propriétaire de Patek Philippe) décida de mettre un terme à cette collaboration afin d’introduire son propre poinçon, garant d’une excellence jamais atteinte sur une création horlogère. Le calibre 240 est donc frappé du poinçon Patek Philippe de mi 2009 à aujourd’hui.

AnnéePoinçon Calibre
2006Poinçon de Genève
2007Poinçon de Genève
2008Poinçon de Genève
2009Poinçon de Genève / Poinçon Patek Philippe
2010Poinçon Patek Philippe
2011Poinçon Patek Philippe
2012Poinçon Patek Philippe
2013Poinçon Patek Philippe
2014Poinçon Patek Philippe
2015Poinçon Patek Philippe
2016Poinçon Patek Philippe
2017Poinçon Patek Philippe
2018Poinçon Patek Philippe
2019Poinçon Patek Philippe

Illustration du micro rotor, typique au calibre 240

Le bracelet :

Le bracelet de la Nautilus 5712 est identique à celui de la Nautilus 5711, et est composé à l'origine de 25 maillons. Il a connu une évolution circa 2012 où son système de fixation de maillons est passé de vis à rivets.

Illustration du bracelet de la référence 5712

Fonctionnement de la montre et réglages :

Comme toutes les Nautilus, la 5712 est une montre à remontage automatique. Hors poignet, et complètement remontée, la 5712 est équipée d’une réserve de marche de 48 heures. La correction de la date s’effectue à 8 heures à l’aide du stylet Patek fourni avec la montre, la correction des phases de lune quand à elle s’effectue avec le même stylet à 4 heures.

Illustrations des divers réglages de la 5712

La 5712 au porté :

La 5712 demeure d’une légèreté incroyable pour une montre à complications, et le bracelet articulé est d’un grand confort, l’un des meilleurs à notre avis sur le marché. Les reflets du cadran « bleu » (en fait gris, avec des reflets bleus…) sont toujours aussi exceptionnels, comme sur la 5711 d’ailleurs. On ne peut que se rallier à l’avis du plus grand nombre, la lisibilité du cadran de la 5712 n’est pas optimale, mais est-ce vraiment important ?

La 5712 est donc une montre que l’on assimile du premier coup d’œil à la gamme Nautilus, on reconnait de plus près la 5712 aux complications qui différencient la montre de la 5711. C’est une montre qui se veut sportive, mais également d’une grande élégance. Vous l’avez compris, cette montre fait partie de nos chouchous.

La cote de la 5712 :

La 5712 au mois d’avril 2019 se négocie entre 55.000 et 62.000 euros, suivant différentes configurations, état de la montre, avec le poinçon de Genève ou le poinçon Patek. Ce prix est désormais très similaire à celui de la 5711, qui affichait pendant plusieurs mois un premium par rapport à la 5712. C’est probablement parce que les collectionneurs se sont rendus compte que la 5712 présentait un certain nombre d’attraits… On peut également se demander si ce modèle va perdurer encore très longtemps, ce qui ferait probablement exploser sa cote… A suivre.

41 Watch : la garantie d'un service professionnel en toute transparence

Envie d’être informé(e) des dernières offres ?